Home is where heart is

Home Is Where Heart Is - Je Me Disais - Marie Anne Mormina
source : pinterest

Je suis une réelle passionnée de déco... Et notamment, j'aime voir les rénovations de maisons, les avant-après, les "makeover" comme disent les Américains. Alors, oui, bien sûr, j'adore voir ce qui a été fait, les tons, les matières, les accessoires choisis et où ils sont positionnés, comment ils sont assemblés.

Mais ce que j'aime le plus dans le fait de rénover une maison, ce n'est pas tant de faire du neuf avec du vieux, que l'idée de redonner vie à une maison qui a accueilli en son sein une ou plusieurs familles et leur.s histoire.s. C'est Bénabar qui a fait une très jolie chanson sur le sujet et je vous conseille vraiment de l'écouter. Elle s'appelle "4 murs et un toit" :




L'âme des lieux de vie, dont nous ne sommes qu'une partie de l'histoire, reste longtemps, même après que les occupants originels soient partis, habitant ce lieu pour toujours. Une odeur, un bout de papier peint derrière un meuble, un nom ou un mot écrit à même l'enduit des murs avant toute peinture, les sapins de Noël plantés dans le jardin et les initiales et l'empreinte de la patte du chien gravées dans le béton du portail... Si vraiment on cherche, on trouvera ce petit bout d'eux que la maison nous transmet... Leur histoire flotte dans l'air et finit par se mêler à la nôtre. Et pour qu'une rénovation fonctionne vraiment, il faut absolument que cette âme ait été comprise, respectée, remise en valeur... On ne parle pas ici de lumière et de peintures. Je parle des rires qui flottent encore dans les airs, des chagrins qui ont résonné dans les pièces, de l'amour qui les a réchauffées... A mon sens, la décoration ne doit pas être juste un copié collé de ce qu'on voit partout ailleurs, mais bien une approche fine et dans le respect de l'habitant autant que du lieu lui-même... Je suis intimement persuadée que la personne qui s'occupe de meubler, décorer, arranger un intérieur, si elle est douée, n'est pas juste un.e bon.ne technicien.ne. Non, elle doit savoir parler la langue des lieux, écouter ce qu'ils lui chuchotent et le raconter à son tour aux visiteurs.

C'est toujours impressionnant, et même parfois émouvant, quand vraiment les choses ont été bien faites...

Quand nous avons voulu emménager dans une maison, au départ nous voulions la faire construire. Je n'arrivais pas à me projeter dans une maison imaginée par ou pour quelqu'un d'autre. Et puis, j'ai entendu cette chanson de Bénabar (vraiment, écoutez-la) et j'ai commencé à penser qu'il fallait juste que je trouve la maison qui me parlerait à moi. Celle qui m'accueillerait dans ses bras douillets et aurait envie de devenir le nid de notre famille. Et que je remette des glaces dans son frigo.

Nous l'avons trouvée, notre maison. Et nous l'avons refaite intégralement, avec la volonté absolue de la sublimer. Et quand les gens y entrent, bien souvent ils nous disent "comme elle est chaleureuse, cette maison..." Sans le savoir, ils me font le plus beau des compliments. Ça me conforte dans l'idée que j'ai réussi la mission qui m'était confiée et surtout à ce moment-là, ce moment précis où ils prononcent "chaleureuse", ma maison me sourit. Je le sais : je la vois.


Hey ! Petite nouveauté !
si le cœur vous en dit, vous pouvez m'écouter vous lire ce billet...
ça se passe ici.

Share this:

, , , , , ,

CONVERSATION

0 commentaires:

Enregistrer un commentaire