Achète un billet au moins.

Hier soir mon amoureux et moi avons regardé le film tiré du sublimissime livre "Mange, prie, aime." d'Elisabeth Gilbert. J'ai lu le livre il y a longtemps, mais pour une fois je n'ai pas été déçue du tout par l'adaptation cinématographique. Bon, il faut dire que je suis une fan absolue de Julia Roberts, depuis toujours et probablement pour toujours, alors je ne suis peut-être pas hyper objective. Reste que presque objectivement, le film, tout comme le livre m'ont vraiment emmenée loin, très loin... Je crois d'ailleurs que cette révolution interne que je vis depuis quelques temps déjà a dû commencer quand j'ai lu ce livre. Et là, pendant que je vous en parle, je n'ai qu'une envie, le relire ! Ça tombe bien : je suis malade comme pas possible et tout ce que j'ai la force de faire c'est dormir, lire et regarder la télé...

Je pourrais vous raconter l'histoire, vous vanter les mérites du récit, de la philosophie simple, accessible parce qu'ancrée dans le quotidien de nos vies qui découle de ce superbe témoignage. Je pourrais. Mais je n'ai pas envie de vous dire plus que "lisez-le !" ou "voyez-le !" tant l'histoire, écrite ou filmée, va être ressentie et interprétée différemment par chacun. Je ne peux imaginer une seconde qu'elle puisse laisser quelqu'un de marbre. Elle fait parti de ces récits qui ont autant le pouvoir de vous faire voyager dans de sublimes paysages que de vous renvoyer à vous, votre vécu, vos désirs, vos rêves et probablement l'enfant que vous étiez. Soyez prêt au voyage et lancez-vous. Vous ne le regretterez pas.

Si je vous en parle aujourd'hui, bien que je sois persuadée que la majeure partie d'entre vous l'aura déjà lu et/ou vu, c'est parce que j'avais envie de mettre en avant une des citations qui m'a le plus marquée : l'anecdote du vieux monsieur italien. Je vous la livre ici, telle que je m'en souviens, parce que je me disais qu'on devrait toujours l'avoir en tête et toujours l'appliquer :

"Un vieux monsieur allait tous les jours à l'église.
Il s'agenouillait devant la statut de Jésus sur la croix
et priait de toutes ces forces et de toute son âme :
"S'il te plaît Dieu, fais que je gagne à la loterie".
Il répétait la phrase plusieurs fois, puis se relevait et partait.
Et chaque jour il recommençait.
Au bout de plusieurs années, un jour,
la statue, exaspérée par ce manège et les supplications du vieil homme,
décida de prendre vie : lorsque le petit vieux arriva,
elle ne lui laissa pas le temps de commencer sa prière et dit tout de suite
"Achète un billet au moins." "

Au crépuscule de cette étrange année 2015, je vous laisse méditer sur cette phrase, véritable but de ce billet. Et partager avec moi, si le cœur y est, ce que VOUS vous vous dites...

sources de l'image

Share this:

, , , , , , ,

CONVERSATION

2 commentaires:

  1. La force d'un blog de qualité est que le lecteur se sente intimement concerné par ce qu'il lit, qu'une réflexion personnelle se transforme en message.
    Tu as du talent.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. merci... suis très touchée par ces quelques mots...

      Supprimer