Chère Marie-Anne...

Ceux qui me connaissent savent que je suis une fan absolue et de la première heure de l'émission de Frédéric Lopez intitulée "La parenthèse inattendue" dans laquelle 3 invités se retrouvent dans une (magnifique) maison de campagne pour passer un weekend riche en confidences et en éclats de rire. Si vous ne la connaissez pas, je ne peux que vous conseiller de la découvrir tant il est intéressant d'entendre de la bouche même des célébrités comment leur destin a basculé un jour, faisant d'eux ce qu'ils sont aujourd'hui (eeeet d'entendre la voix de Frédéric, on est d'accord. Nan, y'a rien de physique là-dedans). Or, il y a quelques temps, un des invités c'est ainsi amusé à imaginer qu'il parlait à son double âgé de 10 ans au téléphone (le vieux modèle, vous savez ? Celui qui avait un fil entortillé, un cadran qui mettait des plombes à revenir à zéro et vous faisait envisager le prozac comme meilleur ami lorsque vous vous étiez trompé de chiffre, et qui avait un look de tank customisé par un bab enfumé...). Cette séquence m'a marquée parce que forcément je me suis imaginée faire pareil... 

C'était là, ça traînait dans un coin de ma tête, en tâche de fond... Qu'aurais-je à me dire si je le pouvais... Délicate et fascinante question, n'est-il pas ?

Et puis il y a peu, j'ai découvert un article sur le blog de Web Maman (que je vous recommande également) qui est venu remettre le sujet en tâche principale... Cette fois, l'auteure s'adressait à son double de 1999... Et en le lisant, je souriais, riais même, et je me disais que ce n'était pas si loin de ce que j'aurais pu me dire moi même...

Sauf que voilà. Je crois que moi, si j'en avais la possibilité, je ne lui dirais rien, à mon autre moi. Oui rien. Que dalle. Nibe. Walou. Qu'chie. Pourtant, c'est vraiment pas mon genre de ne pas saisir l'opportunité de parler lorsqu'elle se présente, vous me le concédez... Mais là, plus j'y pense et plus je me dis que finalement ce serait une énorme bêtise.

Je ne sais pas, peut-être que j'ai trop abusé des rediff de "Retour vers le futur" et que Doc a fini par réussir à ancrer dans mon esprit que "Primo, se trouver nez à nez avec elle-même plus vieille de 30 ans la traumatiserait et elle tomberait dans les pommes. Secundo, cette rencontre créerait un paradoxe temporel dont l'issue engendrerait une réaction en chaîne qui pourrait déchirer le tissu-même du continuum espace-temps, provoquant la destruction de l'univers." Ou bien qu'avec les années la sagesse arrive quand même à trouver un étroit passage au milieu du foutoir absolu que sont mes neurones et lui souffle quelques idées pas trop mauvaises... Allez savoir... Ceci dit, le souvenir de l'usure de la VHS, enregistrée à la télévision à l'époque où il n'y avait pas encore de coupures pub du tout au milieu des films et où il manquait systématiquement le début parce que les programmes commençaient toujours un peu en avance, me laisse à penser que malheureusement en ce qui concerne la sagesse, c'est pas encore gagné...

Bref.

Je me disais donc que je ne lui dirais rien...

Parce qu'au final, (attention minute philosophie en cours de chargement) quand on réfléchit bien, à quoi ça l'avancerait de savoir que Cyril L. ne poserait jamais jamais les yeux sur elle, qu'un jour elle regretterait terriblement d'avoir mis ce maillot vert sapin avec la vieille chemise de son père jaune poussin en ayant l'espoir de le faire passer pour un body, que sa meilleure amie se révélerait être une belle salop  déception et que son premier amour ne l'aimerait pas autant qu'elle l'aimerait ?? Vous me voyez en train de lui dire  "profites ma fille, d'ici quelques années tu vas en chi*r sévère question santé !" ? Allons... Pourquoi provoquer de telles désillusions ? Est-ce que ça ne la découragerait pas ? Est-ce que ça ne la pousserait pas à commettre d'autres erreurs ? A prendre de mauvais chemins que j'avais réussi à éviter ? Et puis surtout, qu'est ce que ça changerait dans sa vie... Dans MA vie...

Oui, je fais partie de ceux qui pensent que nous sommes le résultat de ce que nous avons été, des bonnes actions comme des erreurs, des moments de gloire comme des malheurs intenses et des grands moments de solitudes... N'apprend-on pas ce qu'est la vie en la vivant ? Si j'avais pu changer des détails, comme réussir mon bac du premier coup, trouver ma voie professionnelle ou ne pas grossir autant avec mes traitements, serais-je celle que je suis aujourd'hui ?? Rien n'est moins sûr... Et c'est là qu'est tout le problème... Parce que ma vie d'aujourd'hui, toutes pleines de ses défauts qu'elle est, je l'aime. Oui parfaitement ! J'aime les gens qui m'entourent. J'aime les souvenirs que j'ai. J'aime les choses que j'ai apprises. J'aime ce qui se dessine de mon futur... Et qui me dit que si j'avais changé une seule chose, une seule petite, même la plus insignifiante, j'aurais quand même vécu, rencontré, aimé pareil ?

Certes, j'aurais une autre vie, j'aimerais un autre homme, je ferais peut-être d'autres choses passionnantes et serais sans doute très heureuse aussi...  D'ailleurs, je pense qu'on y retrouverait des fondamentaux de ma personnalité (QUI a dit chieuse ???!!! J'ai bien entendu hein !!) et de mes passions (comment ça les frites et les fraises ?!!! Je parlais de passion culturelles zet artistiques, Môssieur !!) Mais qu'est ce qui me dit que je ne regretterais pas de ne pas avoir accompli ce que j'ai accompli dans ma vie actuelle ? Que je ne rêverais pas de ce que j'ai maintenant ? Que je ne trouverais pas dommage d'avoir manqué une route que j'ai prise ? Rien... Rien de rien.


Et je ne suis sans doute pas la seule à le croire puisque dans toutes les cultures, vous trouverez foison de références sur ce sujet, tant il est usé et utilisé dans les chansons, dans les paraboles (pas celles du câbles hein !! Celles du sage !!), dans les films, les livres, les proverbes... Moi, j'ai décidé de partager avec vous deux de ces références qui me touchent particulièrement :

  • une chanson de Goldman (j'entends certains potes hurler NAAAAAAN !!!! Pas ENCOOORE !!! Et-ben-si. Auriez-vous sincèrement préféré Piaf ?? ou Robbie Williams ? Allons...) pour qui le thème du "que serait ma vie si..." est une constante,


  • et une citation qui circule sur la toile et qui ne colle pas tout à fait au thème, mais qui conclura quand même parfaitement mon billet du jour, parce que je tire cette leçon-là aujourd'hui mais que d'autres l'avaient compris dès l'enfance...

"Lorsque j'avais 5 ans, ma mère me disait toujours que le bonheur était la clé de la vie.
Quand je suis allé à l'école, ils m'ont demandé ce que je voudrais faire quand je serais grand. J'ai écrit "heureux". Ils m'ont dit que je n'avais pas compris la consigne, et je leur ai répondu qu'ils n'avaient pas compris la vie." 
John Lennon.


Vous l'aurez compris, je ne prendrai donc pas mon téléphone de bakélite aujourd'hui... Je le laisserai sonner dans le vide, de sa vieille sonnerie aigrelette, parce que je fais confiance à celle que j'étais pour trouver le bonheur, à sa façon. Après tout, elle m'a déjà prouvé une fois qu'elle y arriverait...

Bon, OK, en vrai, quand même je décrocherais et je lui glisserai deux mots sur le fait que je ne m'inquiète pas trop, je finirais par être heureuse en amour, qu'elle ne perde jamais espoir sur rien et que... queeeeee... Hé Ho !! Ça ne vous regarde pas ! Nooon mais...


Psst... Aidez-moi à développer ce blog en cliquant juste en-dessous sur un des petits boutons pour le partager sur vos réseaux sociaux ou en le recommandant à vos amis par mail ! 

Share this:

, ,

CONVERSATION

9 commentaires:

  1. Lolo from Lyons9 juin 2013 à 11:50

    une chanson de Goldman !!! NAAAAAAN !!!! Pas ENCOOORE !!!

    Sérieux, téléphone à la Marie-Anne de 10 ans et dis-lui de s'acheter une vraie culture musicale !!! ;-)

    RépondreSupprimer
  2. Eh bah tu as parfaitement résumé ce que je pense aussi ;) Il m'est arrivée de me demander la même chose... Et si je croisais mon moi de 10 ans ? Bah pareil, je ne lui dirais rien. Car toutes les épreuves que j'ai vécues, ont fait de moi ce que je suis maintenant.
    Je suis telle Emmanuel Moire dans sa dernière chanson, mes malheurs sont de beaux malheurs ;) Purée la culture musicale de dingue !
    Et puis Greg ?? Jamais je ne l'aurais rencontré... Bref !

    Vive JJG ! Et ta culture musicale est géniale ! (Schreu gneu gneu Lolo !)

    Bisous belle soeur !

    RépondreSupprimer
  3. Lolo from Lyons9 juin 2013 à 20:32

    JJG, Emmanuel Moire ??? C'est quoi la prochaine référence musicale qui sera citée ici ? Justin Bieber ? One Direction ?
    ;-)))))

    RépondreSupprimer
  4. Lolo from Lyons9 juin 2013 à 22:28

    Ah non ! Kraftwerk c'est la grande classe !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. tout est une question de point de vue... ;)

      Supprimer
  5. Nan Patrick Sébastien le talentueux ! :p

    RépondreSupprimer